Junex inc.

Créer de la valeur en partageant les risques

Notre modèle d’affaires

L’exploration pétrolière et gazière au Québec a subi de nombreux revers de fortune au cours des décennies ayant précédé la création de Junex. Plusieurs entreprises, dont la société d’état SOQUIP, ont abandonné nos bassins géologiques après y avoir investi des millions de dollars sans qu’une découverte importante n’ait été réalisée. Dans ce contexte d’exploration d’un bassin sédimentaire peu développé, Junex a décidé de miser résolument sur la science, la formation du personnel et le travail à long terme afin de valoriser l’actif de ses actionnaires. C’est ainsi qu’au fil des dix dernières années, la stratégie d’exploration de la compagnie s’est déployée en cinq différentes phases :

Phase 1 : Sécuriser le domaine minier

La première étape d’une stratégie d’exploration gagnante est d’abord de s’assurer de détenir des droits d’exploration sur un vaste domaine minier qui sera valorisé de façon importante en cas de découverte. Junex a eu l’occasion d’accumuler depuis sa création des droits sur plus de 4 millions d’acres, dont près de 3 millions d’acres nets, dans les principaux bassins géologiques du Québec. Lors de son inscription en Bourse en 2001, les activités d’exploration pétrolière et gazière au Québec étaient presque nulles et les sociétés pétrolières et gazières n’avaient pratiquement aucun intérêt pour le Québec, ce qui a permis à Junex de bâtir rapidement un important domaine sous permis d’exploration. Junex a donc occupé à partir de 2001 le terrain laissé libre par les différentes compagnies ayant connu des échecs d’exploration sur notre territoire.

Phase 2 : Bâtir un modèle géologique crédible

À mesure qu’elle levait auprès des marchés financiers les capitaux nécessaires à l’exploration, Junex poursuivait des travaux d’exploration de base ayant permis de développer des modèles géologiques crédibles. Quoi que moins coûteux que le forage de puits, ces travaux ont quand même requis l’investissement de quelques millions de dollars pour échantillonner les roches sur le terrain ; analyser les propriétés minéralogiques de la roche-mère ; procéder à des levés sismiques ; identifier la présence de dolomie hydrothermale ; travailler avec les sociétés savantes telles que la Commission Géologique du Canada, etc. Cette étape représente un travail scientifique essentiel à la réussite de l’exploration.

Phase 3 : Investir pour démontrer la valeur du modèle et des propriétés

Après avoir conceptualisé les modèles géologiques sur la base des travaux d’exploration des premières années, Junex a investi entre 2003 et 2007 plusieurs millions de dollars dans le but de compléter une quinzaine de forages dans les Basses-Terres du St-Laurent et en Gaspésie. Quoi que ces forages n’aient pas mené à des découvertes majeures d’hydrocarbures, ils ont toutefois validé nos modèles géologiques et démontré hors de tout doute la présence de pétrole et de gaz naturel au Québec. Ces résultats nous ont également permis de placer les potentiels du Québec dans leur contexte géologique nord-américain en démontrant les analogies qui existent entre nos projets et les découvertes réalisées dans des bassins similaires, notamment dans le bassin des Appalaches aux États-Unis. C’est pendant cette période que Junex a notamment commencé à investiguer le potentiel gazier des Shales d’Utica.

Phase 4 : Signer des partenariats d’exploration

L’objectif de ces partenariats est de générer des investissements sur nos propriétés et, dans certains cas, de profiter de l’expertise de partenaires réputés de l’industrie pétrolière et gazière. Junex est aujourd’hui impliquée dans deux partenariats avec la compagnie américaine Forest Oil Corporation (devenue Lone Pine Resources) pour l’exploration et le développement des Shales d’Utica. C’est d’ailleurs le premier partenariat de Junex avec Forest Oil Corporation qui a mené à la découverte du potentiel géant des Shales d’Utica en avril 2008.

La compagnie est également partenaire avec le réputé homme d'affaires Bernard Lemaire dans le projet Galt.

Phase 5 : Maximiser la valeur d’une découverte importante

Tout programme d’exploration vise comme fin ultime la découverte d’un gisement gazier ou pétrolier. C’est ce qui est arrivé en 2008 quand Forest Oil a démontré, sur le puits Junex Bécancour no 8, que les Shales d’Utica pouvaient être fracturés et libérer du gaz naturel. Junex a alors procédé à une levée de fonds de plus de 22 M$ qui lui a permis de mettre en œuvre son programme d’évaluation spécifique des nombreuses propriétés qu’elle détient dans les Basses-Terres du St-Laurent. Ces travaux ont permis à Netherland, Sewell & Associates, Inc ("NSAI"), une firme de consultation pétrolière indépendante basée au Texas, d’établir à 34,3 trillions de pieds cubes (Tcf) sa meilleure évaluation du gaz original en place sur les permis de Junex et à 3,5 Tcf sa meilleure estimation de la part nette à Junex du gaz naturel potentiellement récupérable sur ces permis.

La compagnie est aujourd'hui focalisée sur la mise en valeur de la découverte pétrolière de Galt où une campagne d'exploration de quatre forages horizontaux est présentement en cours. Une demande de bail d'exploitation a également été déposée pour la mise en valeur de ce projet.



2 partenariats d'exploration avec Lone Pine Resources : Junex Inscription en bourse de Junex en 2001 : Junex 65 M$ investis sur nos permis depuis 10 ans : Junex